Fonctionnaires : vous chantiez…et bien Vals(er) maintenant ! Si depuis les années 2000 la valeur du point d’indice escortait péniblement l’indice des prix, depuis 2010 ce dernier s’envole et la valeur du point d’indice stagne. En matière d’économie, quand les prix augmentent, cela signifie donc une augmentation de l’indice des prix, on appelle cela de l’inflation. Quand les salaires stagnent par rapport à cet indice des prix, c’est de la perte de pouvoir d’achat. La logique économique et le bon sens voudraient que, pour les fonctionnaires, la valeur du point d’indice suive cette inflation de manière à ne pas pénaliser les salariés du secteur public. Et bien non ! La logique et le bon sens gouvernemental sont de stigmatiser les fonctionnaires en leur présentant la note de frais ! Et elle est salée, la note !…Sept années de diète, sept ans de gel si on en croit les déclarations du premier ministre qui annonce radicalement le gel du point d’indice jusqu'à la fin de la mandature. Ça c’est l’effet bulldozer. La glaciation…c’est maintenant ! Mais le premier ministre éprouve néanmoins un peu de compassion : « Je sais ce que nous devons à nos fonctionnaires si essentiels à la vie de ce pays chaque jour, ils agissent avec dévouement et sens du service public, nous leur devons notre reconnaissance » Ben voyons, mon colon. Moi je pense que ce n’est pas uniquement avec de la reconnaissance que l’on garnit le frigo ou que l’on paye les factures. On a beau être dévoué ça remplit pas le ventre. D’autant plus que le coup de rabot, c’est toujours pour les mêmes. Ce qui n’est pas dit dans le Manuel, c’est que les compressions d’effectifs sont bien réelles. La charge de travail augmente, les RPS sont bien présents et le « burn out » n’est pas loin. Alors en termes de reconnaissance, les belles paroles c’est une chose, les actes concrets sont essentiels à la vraie vie. La revalorisation salariale est un acte palpable ! Je n’ai pas envie de danser, (la Vals), devant le buffet…alors je vais aller manifester mon ras le bol dans la rue le 15 mai, pour dire que j’en ai marre d’être qualifié de nanti et d’être montré du doigt. Non, je ne suis pas la cause du déficit public ! Je revendique pleinement mon statut social, je ne rougis pas lorsque je regarde ma fiche de paye et je participe aussi à l’économie de mon pays, quoiqu’en pensent certains détracteurs qui feraient bien de balayer devant leur porte avant de décrier mon statut de fonctionnaire. J’ai beau avoir le sens du service public et être dévoué, ça suffit ! Je refuse le fatalisme et j’espère que nous serons nombreux à exprimer notre mécontentement ! Au fait, le 15 mai, tu seras où ?...à la manif, bien sûr ! Gildas PERON
Accueil Bureau Composition Statuts Album photos Adhésion Liens officiels utiles AGORA Espace jeunes Effervescence 2012 Pradet 2013 Nous contacterAVEC NOUS, DONNEZ DE LA VOIX A VOTRE VOIX.
Syndicat de L orraine et H aute- M arne
Dernière mise à jour : le 13/11/2017
Un problème, une remarque : Contacter le webmaster
Créé avec Web Acappella